Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

ArchiUrba

Une autre vision de l'habitat: eco-hameau, architecture, eco-construction, santé, ... ect

Flux rss Flux rss des commentaires

Une maison passive ?

mp.jpg

Une maison passive est un standard défini en Allemagne par le PassivHaus Institut de Darmstadt sous l’impulsion du Dr. Wolfgang Feist. Vu son succès outre-Rhin et sa diffusion dans nombres de pays de l’Union européenne ou son adaptation hors de l’UE (Suisse), ce standard a vocation à devenir un standard européen. L’intérêt principal consiste à se passer de système de chauffage conventionnel et de climatisation.

Seulement, la construction à ce standard nécessite de satisfaire plusieurs critères :

  • un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh/m².an. En pratique avec un besoin si faible en chauffage, le seule présence des habitants et l’énergie dissipée par l’éclairage et les appareils domestiques suffisent à chauffer le logement. Un appoint de chauffage pour les journées très froides est généralement prévu.
  • une étanchéité à l’air soignée (valeur n50 < 0,6 h-1 selon la norme EN 13829). Cela implique une construction extrêmement rigoureuse. En vue d’obtenir la certification, un test d’étanchéité dit Blower Door test doit être accompli.
  • un besoin en énergie primaire inférieur à 120 kWh/m².an. C’est une approche globale puisque celui-ci comprend les besoins en chauffage, refroidissement, eau chaude sanitaire, ventilation et électricité auxiliaire, éclairage, ainsi que les besoins des appareils électro-ménager.

Les recommandations pour y parvenir sont :

  • une orientation au sud pour maximiser les apports solaires passifs ;
  • une conception minimisant les ponts thermiques ;
  • une isolation thermique renforcée (U parois extérieures < 0,15 W/m²K) ;
  • des huisseries hautes performances combinées en principe à du triple vitrage (Uw < 0,8 W/m²K) ;
  • une aération centralisée à récupération de chaleur (efficacité > 80 %) dont la consommation électrique ne doit pas être supérieure à 0,4 Wh/m³ d’air transporté ;
  • un recours aux énergies renouvelables (bois, solaire thermique…).

Source "une maison passive à nice"

La maison bioclimatique de Patrick Charmeau (situé prés de Toulouse)

logo_film.jpg Cliquez sur l'image pour visionner le film, une production catharsis

Cliquez ici pdf-small.gif, vous trouverez la présentation de la maison bioclimatique réalisée par Patrick Charmeau. Les grands principes du bioclimatisme y sont exposés.

Mail: maison.charmeau@mageos.com

MAISON SOLAIRE DU CLOS (07)

Localisation : sud Ardèche, à mi-pente de colline en sortie d’un hameau, sur un terrain de 5570 m². Orientation : sud. Surface habitable : 135 m² constitués de 2 logements locatifs de 65 et 67 m².

Cliquez ici pdf-small.gif

Conception: architecture naturelle (cabinet d'architecte)

Les principes de l'habitat basse consomation d'énergie

La construction basse énergie représente encore un surcoût important lié aux tâtonnements durant les périodes d’approche expérimentale. Elle devrait pourtant s’imposer, poussée par des réglementations de plus en plus contraignantes.

Cliquez ici pour continuer

L'architecture bioclimatique

schema_soleil.jpgL’architecture bioclimatique intègre tous les paramètres naturels particuliers d’un site (dénivelé, orientation, vent dominant, végétation, vues, voisinage…) pour optimiser la construction et lui rendre ainsi sa signification.

  • La construction sera moins consommatrice d'énergie.
  • Elle sera plus agréable à vivre.

Une maison bioclimatique, en phase avec son environnement, utilisera tout naturellement les ressources énergétiques renouvelables qui sont à sa disposition :

  • l’énergie solaire thermique et photovoltaïque
  • l’énergie éolienne
  • la récupération des eaux de pluie
  • le bois...

L’enjeu de l’architecture bioclimatique est d’avoir un bâtiment qui s’auto-régule sur le plan thermique, et par voie de conséquence, qui réduit ses dépenses énergétiques. La démarche bioclimatique n'est en fait que l’expression d'un bon sens parfois oublié.

Tenir compte de l’orientation du bâtiment et donc de l’ensoleillement peut diminuer de 70% ou plus les besoins en chauffage et donc la consommation d’énergie. Un travail sur les surfaces vitrées en fonction de leurs orientations respectives permettra de tirer parti : • de l'apport thermique • de la luminosité naturelle • du rapport à l’extérieur (la vue)

LES POINTS IMPORTANTS A RETENIR :

- Habitation compacte.

- Climatisation naturelle pour le confort d’été grâce à des procédés architecturaux simples :

  • Mise en place de masques architecturaux qui jouent le rôle de régulateurs thermiques : auvents, casquettes, brise-soleil ou protections végétales (pergolas).
  • Occultation des vitrages…..

- Des outils bioclimatiques sont mis en place :

  • Serre, véranda.
  • Mur trombe, mur capteur.
  • Stockage par inertie thermique…

- Bonne isolation :

  • Dans une démarche écologique et économique, une attention particulière est portée à l’isolation des bâtiments (extérieure pour la maçonnerie)
  • Une attention particulière est portée aux vitrages, plus performants au nord, et possédant un bon facteur solaire au sud.

- Matériaux à forte inertie thermique pour un confort d’hiver comme d’été.

Qu’est ce que l’inertie thermique ?

Des matériaux "lourds" permettent le stockage de la chaleur (en hiver) ou de la fraîcheur (en été) dans le volume habité pour la restituer le soir grâce à différentes techniques :

  • Inertie des murs sud,
  • Mur trombe : mur lourd devant lequel sera placé un vitrage (effet de serre),
  • Inertie du sol,
  • Murs de refends lourds lorsqu’on n'a pas d’inertie sur les murs extérieurs,
  • Couleurs des sols, des murs (murs légers clairs, murs lourds foncés).

Source: Architecture naturelle (voir liens Conseils, ingénieries, architectes)